Publié par Laisser un commentaire

Mon avis sur le dropshipping français

Dans cet article, nous allons parler du dropshipping. Qu’est-ce que le dropshipping (définition) ? Comment faire du dropshiping, en quoi ça consiste ? Puis, je vous donnerai les inconvénients du droshipping en France et mon avis sur cette pratique. Je vous y proposerai aussi une alternative.

dropshipping

Qu’est-ce que le dropshipping ?

Le concept de dropshipping consiste à vendre ce que vous ne possédez pas. Grosso-modo, c’est ça !

En fait, si vous faites du dropshipping, vous êtes l’intermédiaire entre des clients et un fournisseur. Vous êtes une  sorte de passerrelle entre des gens qui vont acheter et des plateformes d’achat comme Aliexpress, Amazon ou Wish.

La plupart des dropshippeurs possède simplement un catalogue en ligne des produits et se contente de faire le pont en empochant une belle marge.

A lire aussi sur Wikipedia l’article sur le dropshiping.

Comment ça marche, le droshipping ?

Le revendeur (dropshipper) choisit un produit chez un grossiste et le met en avant sur sa boutique en ligne.

L’idée est d’indexer super bien sa boutique sur Google (grâce au SEO) ou de payer de la publicité pour envoyer du trafic sur la boutique (avec des Facebook Ads ou même en payant des influenceurs) et de générer des ventes.

Quand des dropshippers payent des influenceurs pour promouvoir leurs sites, envoyer leurs abonnés sur le site de revente, ça s’appelle du marketing d’influence.

La question que je me pose c’est : les influençeurs savent-ils qu’ils vendent de la merde ? Eh bien… Pas toujours. Mais parfois, oui.

Un des cas les plus connus, c’est le cas de Emma Cupcake et Vlad qui envoyaient (souvent en faisant un code promo) du trafic sur la boutique d’un de des leurs potes dropshipper.

dropshipping

Ensuite, le client qui se rend sur la boutique en ligne paye directement à la boutique du revendeur. Cela déclenche un processus qui commande le produit chez le grossiste et le fait livrer chez le client. Le revendeur paye le fournisseur et est payé par le client. Il empoche la marge, parfois (très) conséquente.

Cela a permis de créer un business sans avoir de stocks.

C’est une pratique très courante aux Etats-Unis. En France, elle arrive peu à peu. Elle a été très à la mode dernièrement dans le monde de l’e-commerce.

La face sombre du dropshiping

Le truc un petit peu moyen avec le dropshipping c’est que la plupart des revendeurs s’efforcent de cacher cette organisation et cachent l’identité du grossiste afin de pouvoir réaliser de grosses marges.

L’adresse du grossiste est soit masquée (la personne ne sait pas chez qui elle commande réellement). Soit remplacée par l’adresse du revendeur. Soit, sinon, le revendeur achète le produit au grossiste, fait des stocks et revend le tout.

Parfois les produits sont reconditionnés, les dropshippers changent l’emballage et font croire que c’est de la qualité française.

Il y a souvent des longs délais d’envoi car le dropshipper ment souvent sur la provenance des produits. Il fait souvent croire qu’ils viennent d’un de ses entrepôts alors qu’ils viennent en fait de Chine et d’un des sites dont j’ai parlé ci-dessus.

Le client ne peut la plupart du temps pas savoir qu’il n’a pas vraiment acheté un produit chez le revendeur. C’est souvent un piège marketing où on vous fait croire que le revendeur est le vendeur et où on vous fait croire que vous faites une bonne affaire.

Y’a des gens qui achètent ainsi des montres huit, dix ou quinze fois leur prix sans jamais le savoir.

Un autre truc c’est la politique de retour des produits qui indique que les produits ne pourront pas être remboursés ni renvoyés, souvent pour une raison assez fumeuse.

Certains font croire qu’ils reversent de l’argent à des associations si vous achetez chez eux (alors que c’est souvent faux), ou font de faux avis clients pour inspirer confiance au consommateur.

Le dropshipping, c’est légal ?

En fait, on peut avoir l’impression de se faire arnaquer, même si c’est légal (à partir du moment où c’est déclaré). Mais le problème c’est surtout que c’est plutôt un peu immoral.

D’ailleurs, beaucoup de gens qui pratiquent cela ne sont pas déclarés en entreprise, ouvrent et ferment des sites en quelques semaines avant de se faire griller.

Cela peut-être parfois de l’escroquerie, par exemple, si le revendeur ment sur la qualité ou trompe ses clients sur le produit.

Cela pose aussi un problème quand les cibles sont des personnes vulnérables (comme des ados ou des vieux – c’est un abus de faiblesse).

Souvent, le revendeur fait croire qu’il y a des soldes ou une promo pour faire croire qu’il faut commander tout de suite afin de ne pas rater une bonne affaire. Bien sûr, faire des soldes tout le temps est interdit.

Parfois les produits sont de mauvaise qualité et ont des effets secondaires sur la santé. Parfois, les clients ne reçoivent jamais les produits promis (c’est une arnaque et de la publicité mensongère). Et même, parfois, ils reçoivent des contrefaçons.

En France, c’est le revendeur qui est seul responsable du processus de la commande. Donc attention si vous souhaitez faire du dropshipping et que vous dépassez la ligne blanche.

Comment reconnaître du dropshiping ?

Si vous allez sur un site qui vous promet des soutien-gorge, bagues, montres, etc. pour pas cher, faites attention !

Faites attentions aux produits avec des énormes soldes, c’est louche.

Ne soyez pas naïf, un produit de luxe à 10 € ça n’existe pas. Un produit fait main made in France à 5€, non plus !

Apprenez à reconnaître aussi le design de ces sites qui se ressemblent tous. La plupart de ces boutiques en ligne sont faites avec Shopify.

Faites une recherche par image avec Google images avant d’acheter sur un site qui vous semble louche et voyez si vous trouvez le produit 10 fois moins cher sur Aliexpress, Amazon, Wish ou équivalent.

A différencier de l’affiliation

L’affiliation c’est le fait de toucher une commission quand on vend le produit d’un partenaire. C’est totalement différent !

Si je vante la formation d’un de mes collègues et que je touche une commission si vous l’achetez via mon lien ou avec mon code promo, c’est de l’affiliation.

Si je vends des montres en me faisant passer pour le vendeur alors que je ne suis qu’un intermédiaire, c’est du dropshipping.

Notez que certains libraires vendent aujourd’hui des ebooks et font croire qu’ils les ont en stock alors que des livres numériques sont sur des sites comme Amazon. En faisant l’intermédiaire comme ça, ils font une forme de dropshipping.

Conclusion sur le dropshipping

Il faut pas tout mettre dans le même panier. Tous les dropshippers n’abusent pas.

Mais l’effet mode autour de cette pratique a fait naître pas mal de pratiques un peu borderline.

Après, les sites comme Aliexpress sont gagnants aussi d’une certaine façon : les dropshippers leur amènent du trafic et génèrent des ventes pour eux.

Je ne crache pas non plus sur les partenariats avec les influenceurs. Il y a des partenariats qui sont bons et sans arnaque.

Si vous êtes influenceur, c’est ce que je vous conseille de faire, grâce sinon vous risqueriez d’y laisser votre réputation (comme Emma et Vlad). Et, en perdant la confiance de vos abonnés, votre business pourrait disparaître rapidement.

Alternative au dropshipping et mon avis

A titre personnel, je n’ai jamais fait de dropshipping.

Ca ne m’a jamais attiré.

Je préfère faire des infoproduits et du consulting.

C’est plus ce qui m’anime, d’aider les gens à obtenir leur indépendance et à s’épanouir.

Je ne vous conseille pas non plus de vous lancer dans ces trucs-là, ni de chercher à faire de l’argent pour faire de l’argent. OK, ça peut être hyper rentable pour celui qui fait du dropshipping, mais les autres personnes peuvent se sentir “arnaquées”. Donc c’est un peu égoïste.

Essayez de faire quelque chose qui a un sens, d’apporter de la valeur au monde.

Sur Argent Content, vous trouverez une formation en ligne qui vous accompagnera du “trouver son idée” jusqu’à “gagner 10 000€ par mois” en passant par “comment créer son site WordPress”, “comment générer du trafic sur votre blog et vos réseaux sociaux”, “comment récupérer l’adresse mail de vos visiteurs”, “comment créer un produit qui se vend”, etc.

Avec cette formation, vous aurez en main tout ce qu’il faut pour faire le million d’euros, oui.

Cliquez ici pour voir la formation : Formation Infopreneur Content

Votre coach business,

Fabrice Julien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *